06/05/2012

Surélévations, MAH, urbanisme et espace publics

Genève vu d'avion gradelle.jpgEn juin 2011 Robert Cramer a succédé à Marcellin Barthassat à la présidence de notre association (voir alerte N° 116), avec un bureau et un comité renouvelés. Notre section genevoise poursuit, dans la continuité de ses engagements, ses toujours plus intenses activités.

Genève est devenue «région», mais en même temps les logements manquent et la mobilité reste un maillon faible. Cette dernière n'a pas réussi la mutation qualitative des espaces publics que l'on pouvait espérer. Après une période faste pour le patrimoine durant les années 1980/2000, les mutations urbaines et les pressions exercées par celles-ci sur le «contexte» bâti impliquent Patrimoine suisse dans des combats toujours plus difficiles.


Si la loi sur les surélévations du 22 février 2008 avait finalement emporté notre adhésion - après une année et demie de négociations - les conditions de son application ont trahi l'esprit de l'accord de 2007: l'exception, c'est à dire la dérogation par l'article 11 de la LCI, est devenue règle générale. De plus, les cartes indicatives qui devaient guider les autorisations de construire, sciement incomplètes, ont été approuvées par le Conseil d'Etat malgré les réserves de la CMNS et de la Ville de Genève. (voir Alerte N° 119).

L'évolution du projet de rénovation et d'agrandissement du MAH, déposé fin 2011 en demande définitive d'autorisation  mais dont l'étude semble pourtant exiger encore aujourd'hui un substantiel crédit supplémentaire pour se finaliser (soumis au vote du Conseil municipal entre les 8 et 9 mai), n'a tenu aucun compte de nos remarques formulées depuis 2007. Nous continuons de demander le classement  du monument de Marc Camoletti et nous opposons fermement au «projet Nouvel», toujours plus dense et plus menaçant pour sa structure. Nous préconisons l'étude d'une extension qui préserve intégralement l'espace de la cour du musée et qui puisse s'effectuer par étapes: investissant dans un premier temps le sous-sol de la cour puis, à l'ouest, le secteur des Casemates, l'espace et le sous-sol de sa cour puis l'école des beaux-arts. Nous demandons que soit effectuée en priorité et dans les règles de l'art la restauration de ce monument.

Nous sommes favorables à une occupation progressive de l'îlot compris entre la Promenade Du Pin et la rue Charles-Galland pour une affectation muséale. Cet agrandissement progressif pourrait ultérieurement investir l'espace encore disponible sous la butte de l'Observatoire (voir notamment Alerte No 119). Notre prochaine contribution abordera ce thème en détail.

Le plan directeur cantonal 2012 propose des conditions cadres et programmatiques pour réaliser 50'000 logements à l'horizon 2030. C'est effectivement ambitieux mais nécessaire. Nous soutenons ce plan malgré nos réserves sur la question des surélévations, des grands domaines et des espaces publics. Aujourd'hui le plan directeur est refusé par une trentaine de communes, ce qui est effectivement grave ! D'une part celles-ci craignent l'effort financier pour réaliser les infrastructures et les équipements, d'autres part la densification sur les zones constructibles de faible densité est un sujet qui fâche (voir alerte N° 117).

Depuis de nombreuses années la question des espaces publics est devenue une préoccupation croissante, voire un enjeu majeur pour les collectivités. C'est donc à travers ce thème (projet d'un colloque en novembre 2012) que nous envisageons de poursuivre notre réflexion et nos actions sur le devenir urbain. L'écart entre les instruments sophistiqués d'aménagement et les difficultés de réalisation (addition des contraintes) est peut-être à l'origine du « cas genevois », écart qui se superpose à un fossé d'incompréhension grandissant entre décideurs et usagers de la ville (rendez-vous manqués du réaménagement des places Cornavin et Bel-Air par exemple).

 

C'est donc ici une occasion, non seulement de vous redonner des nouvelles de notre activité, mais également d'inviter le public et tous les internautes à visiter notre site fraîchement rénové (www.patrimoinegeneve.ch ). Nous vous souhaitons une bonne navigation... et espérons ainsi contribuer à mettre en relation contexte et développement, restauration et transformation, protection et innovation.

 

Pour Patrimoine suisse Genève :

Marcellin Barthassat et Cecilia Maurice de Silva

 

17:35 Publié dans Architecture, Genève, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.